07 MAI 2017

معرض الصحافة ليـوم : 07-05-2017

Setif/ Des projets toujours en retard
Dans la dynamique d’inspection et de suivi constants sur le terrain de l’ensemble des
projets en voie de réalisation, et de strict respect des délais de réalisation sans que la
qualité de l’oeuvre en pâtisse, le wali, M. Maskri, s’est rendu récemment dans la zone sud
de la wilaya, où il a consacré la totalité de sa visite aux projets relevant du secteur des
ressources en eau.
Une visite qui s’inscrit dans le prolongement de la première action du genre qui remonte au 2
mars dernier sur les mêmes sites et a permis au premier responsable de cette wilaya de
s’enquérir de l’état d’exécution des instructions données dans ce contexte à l’effet de
réceptionner les grands projets de l’eau destinés à alimenter cette zone de la wilaya en eau
potable. A ce titre le wali se rendra d’abord dans la commune de Aïn Azel, au sud de la wilaya
où il a inspecté le chantier destiné à alimenter les populations des localités de Maafar, Rasfa,
Salah Bey et Aïn Lahdjar à partir des 11 forages de Kherzet Youcef produisant un débit de
220 litres/seconde. Il fera état d’une série d’instructions allant dans le sens de la dynamisation
de ce chantier et l’achèvement rapide des travaux pour sa mise en service dans un délai de 10
jours. Comme il fera état de cette même rigueur pour ce qui est de l’achèvement du réservoir
de l’agglomération rurale de Maâfar dont les populations ont été lourdement affectées durant
la décennie noire et fixera là aussi une échéance allant du 15 au 20 mai pour la livraison de
cet ouvrage. En allant s’enquérir ensuite de visu de l’avancement des travaux du chantier
devant également alimenter les populations de Aïn Azel, Boutaleb et El Hamma à partir du
forage de Chaâba El Hamra doté d’un débit de 210 litres/seconde, le chef de l’exécutif de
wilaya ne manquera pas de déplorer les retards accusés par rapports aux échéances fixées lors
de sa précédente visite. Instruisant fermement le directeur de wilaya des ressources en eau de
veiller au respect de ces délais et de procéder rapidement à la mise en place des équipements
des stations de pompage pour la réception du projet avant le mois de ramadhan, faute de quoi
une résiliation sera prononcée à l’endroit de l’entreprise défaillante et son remplacement
immédiat. Dans la commune d’Aïn Oulmène où il se rendra ensuite pour mesurer
l’avancement de raccordement en eau potable de ce centre à partir des forages d’El Karma et
Charchoura qui touchera 73.000 habitants et 10.000 autres élisant domicile dans des
agglomérations secondaires, c’est un sentiment de satisfaction qui prévaudra au vu des
avancées constatées dans la réalisation de ce projet qui, à la grande satisfaction de la
population de cette grande commune du sud de la wilaya, sera mis en service dans les 20
jours qui suivent cette visite et donc mis en service aussi avant le début du mois de ramadhan.
Dans la commune de Guellel ensuite où il constatera une situation déplorable du chantier
d’assainissement, le wali exigera des responsables concernés un rapport détaillé à l’effet d’une
prise en charge définitive de ce projet.

TLEMCEN
35 milliards pour l’eau potable
Le groupement urbain de Zelboun, Aïn Douz, Ouled Benziane, Beni Mester et
Tizghanit, dans la wilaya de Tlemcen, va bénéficier d’une opération de
renforcement du réseau d’alimentation en eau potable financée à hauteur de 35
milliards de centimes.
Il s’agit pour ces localités à forte densité de population, de l’adduction de 5000
m3/jour d’eau qui seront pompés à partir de la station de dessalement de l’eau de
Honaïne qui dispose de trois stations de pompage situés sur le tracé linéaire. Ces
zones rurales sont actuellement approvisionnées à partir de citernes itinérantes
pénalisant souvent les habitants de ces localités lors des périodes de sécheresse.
Aussi, le wali, qui s’est rendu dernièrement à Beni Mester, a déclaré que “ce
nouveau projet qui arrive à point nommé pour la population à la veille de la
saison estivale, aura un impact positif certain de par les possibilités qu’il a ouvert
dans l’amélioration des conditions de vie de ces population, en attendant que
l’entreprise de gestion des eaux s’installe définitivement dans la région pour la
prise en charge de la distribution et assurer l’approvisionnement quotidien en
quantité suffisante”. Le chef de l’exécutif a noté que l’eau des citernes est de
mauvaise qualité, à l’origine de maladies transmissibles ajoutant que “l’objectif
de l’administration est d’assurer un partage équitable de l’eau saine pour
permettre la relance de la croissance économique et le développement social”.