Réunion du comité de bassin Sahara, tenue à Ouargla le, 28 janvier 2016.

Dans le cadre du décret exécutif n°10-24 du 12 janvier 2010, relatif au cadre de concertation en matière de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et de l’arrêté ministériel du Ministère des Ressources en Eau n° 161 en date du 17 novembre 2011, ayant trait à la désignation des membres du comité de bassin Sahara, une réunion ordinaire du comité a été tenue le jeudi 28 janvier 2016 à 9h, au niveau de la salle de conférences de la wilaya de Ouargla, sous la présidence de Monsieur SMATI Abdelouahab.

Ont assisté à cette réunion les  autorités locales de la wilaya de Ouargla, en l’occurrence Messieurs le Wali, le président de l’APW, le secrétaire Général, ainsi que, de Monsieur DERAMCHI Mohamed, DG de l’AGIRE et 17 membres du bassins, représentants des différentes institutions.

Les points  inscrits à l’ordre du jour, soumis au comité de bassin pour examen et avis, ont porté principalement sur la présentation par l’ABHSahara des trois (3) thèmes suivants :

  • Résultats du diagnostic de la situation du service public de l’eau dans les dix (10) wilayas faisant partie du bassin Sahara.
  • Plan Directeur d’Aménagement des Ressources en eau (PDARE) de la région hydrographique de chott melghir.
  • Bilan d’activités de l’année 2015, notamment les actions financées dans le cadre du FNGIRE (Fonds de Gestion Intégrée des Ressources en eau), à savoir :
  • L’actualisation de l’inventaire des ouvrages et infrastructures de prélèvements d’eau du domaine public hydraulique dans la wilaya de Biskra.
  • L’actualisation du fichier des usagers industriels, touristiques et de services prélevant l’eau du domaine public hydraulique dans le bassin Sahara.
  • Le programme d’incitation à l’économie de l’eau domestique, industrielle et agricole, ainsi que la préservation de sa qualité dans le bassin Sahara.

Déroulement des travaux

A l’ouverture de la réunion,  M. le wali, a tout d’abord souhaité aux participants la bienvenue à Ouargla, et a souligné l’importance de ce genre de rencontres notamment le rôle prépondérant du comité de bassin dans la gestion rationnelle des ressources en eau au niveau des bassins hydrographiques.

Pour sa part M. SMATI Abelouahab, Président du comité,  a remercie Monsieur le Wali pour sa participation à la séance d’ouverture et d’avoir accepté d’héberger cette rencontre au niveau de son siège, et de l’accueil chaleureux, ainsi que, Monsieur le président de l’APW d’avoir honoré la réunion par sa présence. Il a également ajouté que le comité reprendra ses réunions périodiques de concertation au sein du bassin saharien, et ce, conformément à la loi relative à l’eau, et a souligné que l’état a investit d’énormes moyens en matière d’infrastructures de mobilisation de la ressource, et le future chalenge est la gestion rationnelle et efficace des ressources en eau dans les différents usages (AEP, agriculture et industrie).

Dans son intervention M. le Président de l’APW, a saisi l’occasion pour relever la problématique de rejet des saumures au niveau des stations de déminéralisation de la ville de Ouargla, dont 2 sont opérationnelles sur les 10 projetées dans la wilaya, et a également demandé un avis technique au comité de bassin sur la faisabilité d’un projet de transfert des eaux douces de bonne qualité de la zone de Hassi-Lefhel (Wilaya de Ghardaïa) vers la ville de Ouargla et le futur pôle urbain de la ville nouvelle de Hassi-Messaoud.

Les travaux ont débuté avec une présentation des résultats du service public de l’eau (SPE), dans les dix (10) wilayas du bassin Sahara, par le Directeur de l’agence,  Monsieur BENBRAHIM Lazhar, et a dressé dans son intervention un état exhaustif sur la situation actuelle, illustré par des cartes indicatives des données de chaque wilaya, les contraintes rencontrées qui entravent l’approvisionnement en eau des populations et les propositions d’amélioration.

Le deuxième thème relatif à l’étude du Plan Directeur d’Aménagement des Ressources en eau (PDARE) de la région hydrographique de chott melghir, présenté par le chef de projet, en l’occurrence Monsieur BELGHOUT Samir, et ce, après la levée des réserves émises lors de la réunion du comité de bassin en date du 13 mai 2014 à Biskra, a fait ressortir les scénarios de planification de l’offre et de la demande en eau, et de définir la meilleure variante à exploiter dans l’équilibre du bilan hydrique de chaque unité des quatre régions naturelles composant le bassin hydrographique de chott Melghir.

Quant à la présentation du bilan d’activités de l’année 2015, elle  s’est articulée sur les actions financées par le FNGIRE, notamment destinées à l’actualisation des inventaires sur les prélèvements d’eau dans le domaine agricole et les usagers redevables dans le secteur industriel, ainsi que, le programme de communication et de sensibilisation à l’économie de l’eau lancé dans plusieurs wilayas faisant partie du bassin hydrographique Sahara.

 

Points examinés et recommandations des travaux

II-1- Points examinés par le CB

II-1.1- Présentation du Service public de l’eau (SPE)

Les membres ont apprécie le travail présenté, notamment la cohérence des chiffres diffusés dans le document de l’ABHSahara et ont mis l’accent sur les observations suivantes :

  • Mauvaise qualité de l’eau dans certaines régions de Ouargla, El-Oued, Tamanrasset et illizi, dont la salinité oscille entre 1 à 2,5g/l.
  • Adoption du système de paiement forfaitaire et le taux de recouvrement très bas.
  • Retards accusés en matière de réalisation d’infrastructures et d’électrification des forages destinés à l’AEP, dans certaines wilayas du bassin.
  • Utilisation de l’eau potable dans l’irrigation agricole, soit plus de 40% de l’eau destinée à l’irrigation, particulièrement au niveau des wilayas d’Adrar, de Ghardaïa, d’El-Oued et de Ouargla.
  • Manque de moyens humains et matériels adéquats au niveau des services de gestion (APC – ADE), pour un bon service et une gestion rationnelle des eaux.
  • Difficulté de transfert de la gestion de l’eau des APC à l’ADE, (cas de Béchar et Adrar).
  • Déperdition de la ressource due aux fuites d’eau dans les réseaux dans plusieurs agglomérations.
  • Manque de nappes d’eau peu profondes, dont certaines régions dépourvues de la ressource en eau, à titre d’exemple le problème d’approvisionnement en eau des populations des parties sud de Laghouat, (Bouzbair, Hassi delâa, etc…), et d’Illizi.

Les membres du CB, ont mis également en exergue les efforts consentis par le secteur en matière d’amélioration du service public de l’eau, entre autres par :

  • La rénovation et l’extension des réseaux de distribution et d’adduction dans plusieurs zones urbaines, ce qui a permis la diminution des taux de déperdition, l’amélioration de l’augmentation de la fréquence de distribution en eau au profit des populations.
  • La réalisation d’infrastructures de mobilisation et de stockage (forages, châteaux d’eau, réservoirs etc…), qui a conduit à une meilleure situation du SPE dans plusieurs communes.
  • L’approvisionnement en eau de la plus grande partie des populations des wilayas du bassin Sahara avec une dotation dépassant les 300 l/j/habitant.

II-1.2- Présentation de l’étude PDARE de la région de chott Melghir.

Le comité de bassin, a constaté une nette amélioration dans l’étude de la planification PDARE à l’horizon 2030, et ce, après la levée des réserves formulées par le comité lors de la réunion du 13 mai 2014 à Biskra, et à cet effet, il prend acte de l’étude PDARE, actualisée avec 2012 comme année de référence.

II-1.3- Bilan d’activités de l’année 2015 et plan d’action de 2016

Le CB a suivi avec attention la présentation  des trois (3) actions financées par le FNGIRE réalisées en 2015 par l’ABHSahara, et exprime sa satisfaction quant à la qualité du travail, au respect des délais  de réalisation impartis, notamment au taux de recouvrement appréciables des redevances auprès des usagers activant dans le domaine industriel pétrolier qui dépassent les 98%.

Quant au plan d’action de 2016 conclu entre l’AGIRE et l’ABHSahara, le CB a apprécie le programme proposé et qui rentre dans le cadre de la gestion intégrée des ressources des bassins hydrographiques naturels.

 II-2- Recommandations    

S’agissant des préoccupations et orientations, et au vue de ce qui précède, les membres du comité de bassin recommandent :

  • Lancement de l’activité planification du PDARE dans les autres bassins du Sahara (Sahara septentrional, Saoura-Tindouf et Hoggar Tassili) en coordination avec l’AGIRE et la DEAH/MREE.
  • Poursuivre l’activité du SPE et à son actualisation annuelle, ainsi que, la correction de certaines données en coordination avec les DRE et l’ADE.
  • Actualisation des données sur les prélèvements en eau du secteur agricole de chaque wilaya du bassin.
  • Amélioration du travail de la wilaya de Biskra par communes en matière de potentialités en eau et superficies irrigables, en conformité avec le programme du secteur d’étendre les superficies irriguées à 2 millions d’hectare à l’horizon 2020 au niveau national.
  • Prise en charge par la tutelle du problème soulevé par l’ANRH, concernant la violation par les usagers ayant bénéficie d’autorisations de puits captant la nappe superficielles en les convertissant aux forages de moyenne profondeurs captant les nappes fossiles (CT).
  • Encouragement de la généralisation de l’action sensibilisation à l’économie de l’eau destinée aux différents usagers et plus particulièrement aux agriculteurs par l’organisation de rencontres régionales et au grand public par la distribution de dépliants.