22 MAI 2017

معرض الصحافة ليـوم : 22-05-2017

 

Jumelage institutionnel Algérie – Royaume de Belgique : A ppui prometteur en matière de gestion de l’eau

L’Algérie dispose de ressources en eau relativement importantes, mais leur gestion reste complexe suite d’une part, à des utilisations intenses de l’eau, et d’autre part, à un large déficit en pluviosité et à une importante évaporation.

La Belgique aide l’Algérie à développer une nouvelle approche de gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin hydrographique côtier. C’est dans ce contexte qu’un projet de jumelage au profit de l’Agence Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau, intitulé « Gouvernance et gestion intégrée des ressources en eau en Algérie » a été initié entre l’Algérie et le royaume de Belgique. Aussi, c’est lors de la cérémonie de lancement qui s’est déroulée hier à l’hôtel l’Oasis que le directeur nationale du P3A, M. Djilali Lebibat, a fait savoir que ce projet entre dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne (P3A). Il est financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 1 million d’euros et géré par le ministère du Commerce à travers l’Unité de Gestion du programme P3A (UGP3A). « La mise en œuvre de ce projet contribuera certainement à une meilleure prise en compte des problématique de l’eau, et aussi le renforcement des capacités institutionnelles organisationnelles et techniques en matière de gouvernance », a assuré M. Lebibat. Quant à M. Mohamed Dermachi, DG de l’AGIRE et chef de projet algérien, celui-ci a affirmé que ce jumelage permettra d’échanger les expériences entre son organisme et les trois institutions publiques belges pour un renforcement en termes de planification de ressources en eau, d’instruments, de communication et de sensibilisation « il y a 18 composantes qui vont toucher la communication, le suivi de la qualité, les prélèvements des eaux, ainsi que l’instauration d’un système informatique dédié à l’eau au niveau national », a-t-il souligné. Pour le directeur des études et de l’aménagement hydraulique auprès du ministère des Ressources en eau, M. Taher Aichaoui, la particularité technique du secteur de l’hydraulique ainsi que les problématiques de la rareté de l’eau et l’impact des dérèglements climatiques nécessitent un accompagnement et une assistance internationale. 15 accords de jumelage signés depuis 2015 avec l’UE Pour sa part, l’ambassadeur de l’Union européenne en Algérie, S.E.M John O’Rouke, a souligné que le projet de jumelage est une approche qui reflète bien l’attention que porte l’Algérie sur les engagements pris à l’international. « Je pense en particulier aux objectifs du développement durable des Nations unies notamment l’objectif n°6 « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement, et assurer une gestion durable des ressources en eau.» Le représentant de l’UE précise également que « ce jumelage s’inscrit dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’Accord d’Association. Il vise à renforcer les capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques en matière de gouvernance et de gestion intégrée des ressources en eau de l’AGIRE et contribue à une meilleure prise en compte des problématiques de préservation de la ressource et de la gestion de la demande en eau dans une approche intégrée ». Lui emboîtant le pas, S.E.M Pierre Gillon, ambassadeur du royaume de Belgique en Algérie, a fait savoir que l’objectif principal de ce jumelage est de mettre en commande toute l’expertise disponible pour une amélioration continue « et cela afin de maîtriser le prix de l’eau tout en assurant un service de qualité et une volonté permanente de protection et de préservation de l’environnement ». Aussi, il explique : « Cette opération est une belle opportunité pour la Belgique et l’Algérie d’échanger sur les sujets d’intérêts communs », il a indiqué à ce propos que la coopération entre les deux pays en matière d’eau est active depuis 2006, mentionnant le projet de gestion intégrée des ressources en eau dans le bassin côtier algérois d’un budget de 7,5 millions d’euros. Il y a lieu de signaler que le projet est mis en œuvre par l’Agence Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (AGIRE) et un groupement belge, composé du Service public de Wallonie, de la Société Wallonne des Eaux et de la Société Publique de Gestion de l’Eau. Il prévoit 350 journées d’expertises au profit de l’AGIRE, la mobilisation de 40 experts européens ainsi que plusieurs stages de formation de cadres algériens en Belgique. Concernant l’AGIRE, cette agence est opérationnelle depuis 2014 et a pour principales missions de réaliser les enquêtes, études et recherches liées à la gestion intégrée des ressources en eau, à développer et coordonner le système d’information sur l’eau, à contribuer à l’élaboration et au suivi des plans de développement sectoriel, contribuer à la gestion des actions d’incitation à l’économie d’eau et sa préservation. Quinze activités seront déployées au cours d’une durée de 24 mois, soit de février 2017 à février 2019. Ces activités, doivent permettre d’atteindre les résultats attendus en matière de communication et de sensibilisation, de coordination, stratégie et planification, ainsi que le développement du système d’information national. Pour rappel, depuis l’année 2015, pas moins de quinze accords de jumelage ont été signés entre l’Algérie et des pays membres de l’Union Européenne, et ce, dans les domaines des finances, énergie, agriculture, environnement, sécurité aérienne et routière.

Sarah A. Benali Cherif

Gestion Intégrée des Ressources en Eau, 1 millions d’euros alloué par L’UE

Un projet de jumelage au profit de l’Agence Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau, intitulé « Gouvernance et gestion intégrée des ressources en eau en Algérie », est lancé entre l’Algérie et le royaume de Belgique. Ce projet entre dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne (P3A). Il est financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 1 000 000 euros et géré par le ministère du commerce à travers l’Unité de Gestion du programme P3A (UGP3A). « La cérémonie de lancement officiel de ce jumelage, prévu le 21 mai, organisée par l’AGIRE, en partenariat avec l’Unité de gestion du P3A et la délégation de l’Union européenne à Alger, sera rehaussée par la présence de Monsieur le Ministre des ressources en Eau et de l’environnement. Y prendront part aussi ; les Ambassadeurs de l’Union européenne et du Royaume de Belgique, le Directeur Général chargé de la coopération avec l’Union européenne au Ministère des Affaires Etrangères, le Directeurs National du Programme P3A ainsi que des cadres des administrations algériennes et belges impliquées dans ce jumelage », indique l’UE. L’UE précise également que « ce jumelage s’inscrit dans le cadre du programme d’Appui à la mise en œuvre de l’Accord d’Association. Il vise a renforcer les capacités institutionnelles, organisationnelles et techniques en matière de gouvernance et de gestion intégrée des ressources en eau de l’AGIRE et contribue à une meilleure prise en compte des problématiques de préservation de la ressource et de la gestion de la demande en eau dans une approche intégrée ». Le projet est mis en œuvre par l’Agence Nationale de Gestion Intégrée des Ressources en Eau (AGIRE) et un groupement belge, composé du Service public de Wallonie, de la Société Wallonne des Eaux et de la Société Publique de Gestion de l’Eau. Quinze activités seront déployées au cours d’une durée de 24 mois, soit de février 2017 à février 2019. Ces activité, précise la même source, doivent permettre d’atteindre les résultats attendus en matière de communication et de sensibilisation, de coordination, stratégie et planification, ainsi que le développement du système d’information national. Algérie-UE: jumelage avec des entreprises belges dans la gesti

Algérie-UE: jumelage avec des entreprises belges dans la gestion des ressources en eau

Un jumelage institutionnel entre l’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau (AGIRE) et un groupement d’entreprises belges a été lancé dimanche à Alger dans le cadre du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’Association entre l’Algérie et l’UE (P3A). D’une durée de 24 mois (2017-2019), ce projet, intitulé « Gouvernance et gestion intégrée des ressources en eaux en Algérie », prévoit 350 journées d’expertises au profit de l’agence AGIRE, la mobilisation de 40 experts européens ainsi que plusieurs stages de formation de cadres algériens en Belgique, ont indiqué les responsables de ce projet lors de cette cérémonie de lancement. Le groupement d’entreprises belges associées à ce projet se compose du Service public de Wallonie (SPW), de la société Wallonne des eaux (SWDE) et de la Société publique de gestion de l’eau (SPGE). Financé à hauteur d’un (1) million d’euros par l’UE, ce jumelage a pour objectif de renforcer les capacités organisationnelles et les compétences d’AGIRE pour exécuter ses missions et optimiser l’encadrement et le suivi des agences de bassins hydrographiques (ABH), ainsi que le renforcement des capacités managériales de l’agence pour le suivi et la coordination de la politique de l’eau, selon les responsables de ce projet. Il vise également à améliorer la gestion opérationnelle, la planification et le pilotage des ressources en eau aux niveaux local, régional et national, ainsi que la consolidation du système d’information des ABH. Pour le directeur des études et de l’aménagement hydraulique auprès du ministère des Ressources en eau, Taher Aichaoui, la particularité technique du secteur de l’hydraulique ainsi que les problématiques de la rareté de l’eau et l’impact des dérèglements climatiques nécessitent un accompagnement et une assistance internationale. Saluant la collaboration « fructueuse » entre l’Algérie et l’UE dans plusieurs domaines d’activités ayant permis de « capitaliser et d’implémenter des expériences réussies des pays européens », M. Aichaoui a avancé que d’autres programmes étaient en phase de lancement pour raffermir cette collaboration, notamment dans les domaines des ressources en eau, de l’agriculture et de l’industrie. Pour sa part, le directeur national du programme P3A, Djilali Lebibat, a affirmé que la mise en œuvre de ce projet de jumelage contribuerait certainement à une meilleure prise en compte des problématiques de préservation de la ressource et de la gestion de la demande en eau. Quant au choix porté par AGIRE pour des partenaires belges, il a soutenu que cela était motivé par leur « riche expérience » dans ce domaine en relevant que 99,99% de la population belge a accès à l’eau. De son côté, le chef de projet belge, Jean-Paul Biron, a souligné que la partie belge mettrait à la disposition d’AGIRE son expérience, dans ce domaine, ainsi que ses experts et cadres qualifiés pour « assurer la réussite de ce jumelage et apporter le maximum de compétence à cette agence ». Créée en 2011 par décret exécutif, l’agence AGIRE, opérationnelle depuis 2014, a pour principales missions de réaliser les enquêtes, études et recherches liées à la gestion intégrée des ressources en eau, à développer et coordonner le système d’information sur l’eau, à contribuer à l’élaboration et au suivi des plans de développement sectoriel, contribuer à la gestion des actions d’incitation à l’économie d’eau et sa préservation. Pour rappel, pas moins de quinze (15) accords de jumelage ont été signés entre l’Algérie et des pays membres de l’UE depuis 2015, et ce, dans les domaines des finances, énergie, agriculture, environnement, sécurité aérienne et routière. Ainsi, 160 cadres algériens spécialisés dans la sécurité aérienne de l`aviation civile ont bénéficié d`une formation dans le cadre d`un projet de jumelage algéro-espagnol. Un projet de jumelage entre la Commission algérienne de régulation de l`électricité et du gaz (CREG) et ses homologues espagnole (CNMC) et autrichienne (E-Control) avait été lancé pour acquérir l`expertise en matière de gestion dans le domaine de l`électricité et du gaz. En outre, l’Algérie et l’Espagne ont lancé un projet de jumelage institutionnel afin de contribuer à améliorer la sécurité routière en renforçant les capacités du Centre national de la prévention et de la sécurité routière (CNPSR). Dans le secteur des finances, un projet de jumelage a été signé entre la Direction générale des impôts (DGI) et la Direction générale française des finances publiques (DGFIP) dans le cadre de la poursuite de la modernisation de l`administration fiscale algérienne. Pour le domaine environnemental, un système national d`information a été mis en place à l’issue d`un programme de jumelage de 18 mois entre l`Algérie, la France et l`Autriche, par l`Observatoire national de l`environnement et du développement durable (ONEDD). En outre, deux programmes de jumelage entre l`Organisme national de contrôle technique des travaux publics (CTTP) et des organismes européens similaires ont été lancés. Un autre projet de jumelage a été également établi entre la Cour des comptes et les institutions homologues de France et de Portugal portant notamment sur le renforcement des capacités de contrôle et de supervision sur la gestion des fonds publics. Un projet similaire entre l`Algérie, la France et l`Italie, intitulé « Appui au renforcement de l`administration pénitentiaire en accord avec les normes internationales pour l`amélioration des conditions de détention et de réinsertion des détenus », a été mis en place. S’y ajoute un jumelage institutionnel entre l`Inspection générale des finances (IGF) et l`Institut espagnol d`études fiscales, ainsi qu’un autre entre l’Algérie et un consortium européen (France-Espagne-Finlande) pour appuyer le ministère de l’Industrie et des Mines dans sa stratégie d’innovation industrielle.

Algérie-UE : jumelage institutionnel entre l’AGIRE et des entreprises belges dans la gestion des ressources en eau

Un jumelage institutionnel entre l’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau (AGIRE) et un groupement d’entreprises belges a été lancé dimanche à Alger dans le cadre du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’Association entre l’Algérie et l’UE (P3A). D’une durée de 24 mois (2017-2019), ce projet, intitulé « Gouvernance et gestion intégrée des ressources en eaux en Algérie », prévoit 350 journées d’expertises au profit de l’agence AGIRE, la mobilisation de 40 experts européens ainsi que plusieurs stages de formation de cadres algériens en Belgique, ont indiqué les responsables de ce projet lors de cette cérémonie de lancement. Le groupement d’entreprises belges associées à ce projet se compose du Service public de Wallonie (SPW), de la société Wallonne des eaux (SWDE) et de la Société publique de gestion de l’eau (SPGE). Financé à hauteur d’un (1) million d’euros par l’UE, ce jumelage a pour objectif de renforcer les capacités organisationnelles et les compétences d’AGIRE pour exécuter ses missions et optimiser l’encadrement et le suivi des agences de bassins hydrographiques (ABH), ainsi que le renforcement des capacités managériales de l’agence pour le suivi et la coordination de la politique de l’eau, selon les responsables de ce projet. Il vise également à améliorer la gestion opérationnelle, la planification et le pilotage des ressources en eau aux niveaux local, régional et national, ainsi que la consolidation du système d’information des ABH.