11 Juillet 2017

معرض الصحافة ليـوم : 11-07-2017

 

La pénurie d’eau enflamme les villages

La rareté de l’eau potable se poursuit et s’intensifie à travers les communes de la wilaya de Tizi
Ouzou
La semaine dernière, sept villages de la commune de Yakouren ont menacé de recourir à des actions
spectaculaires pour se faire entendre.
Les actions de protestations à cause de la rareté de l’eau potable se poursuivent et s’intensifient à
travers les communes de la wilaya de Tizi Ouzou. Hier, ce fut au tour des citoyens de Tadmaït
d’exprimer leur ras-le-bol pour le même motif qui devient source d’une véritable colère qui s’étend
de plus en plus.
C’était donc aux environs de 8h que des dizaines de jeunes se sont mis à barricader la RN12, plus
important axe routier reliant la wilaya à la capitale. La circulation automobile n’a par conséquent
pas tardé à s’arrêter, provoquant un embouteillage monstre dont les derniers véhicules attendaient à
la sortie ouest de la ville de Draâ Ben Khedda. La situation qui faisait souffrir les automobilistes
devant supporter la chaleur a duré jusque tard dans l’après-midi. Bizarrement, après que les jeunes
ont levé les barricades, sur instruction des services de sécurité dépêchés sur les lieux, l’eau est
revenue. Par miracle, l’eau a rejailli des robinets juste après la fin de la protestation.
Non loin de Tadmaït, du côté est du chef-lieu de la wilaya de Tizi Ouzou, d’autres populations ont
exprimé leur colère en lançant un ultimatum aux services concernés par le même dossier au niveau
de la daïra d’Azazga. La semaine dernière, en effet, sept villages de la commune de Yakouren ont
menacé de recourir à des actions spectaculaires afin de se faire entendre et revoir enfin l’eau dans
les robinets. De ce côté également, les citoyens approchés pour le même sujet par nos soins
affirmaient que les intervenants sur le réseau sont à pied d’oeuvre à un rythme accéléré.
Ce n’est pas seulement dans ces deux communes que l’eau revient après la protestation. A Boudjima,
l’eau a réapparu dès que la colère devient visible chez les villageois. A Tarihant, un village à densité
démographique importante dans cette commune, les villageois ont constaté, étonnés, le retour de
l’eau quelques heures seulement après une réunion informelle de quelques villageois en vue de
discuter de la situation et d’éventuelles actions à entreprendre.
Par ailleurs, il convient de noter que l’été ne fait que commencer et la colère a déjà atteint des
degrés alarmants. Quelques témoignages recueillis indiquent que la grogne monte à travers un grand
nombre de localités. Beaucoup de citoyens affirment en effet que les actions de colère ne sont pas
organisées à cause du manque d’eau. «Ce sont les incompétents qui veulent nous coller cette image
de sauvages pour se cacher derrière. Nous ne sommes pas des barbares pour dévorer les
responsables dès que l’eau vient à manquer. Nos ancêtres nous ont appris à résister et à supporter
dignement la sécheresse et la faim. La colère exprimée est destinée réellement à faire comprendre à
ces responsables que nous avons une dignité. Ils font des promesses qu’ils ne sont pas capables de
tenir et quand on vient les leurs rappeler, ils nous opposent le mépris et le silence. Voilà pourquoi on
a recours à ces actions», explique un jeune étudiant.
L’avis est partagé par la quasi-totalité des populations qui endurent le manque d’eau, mais qui
souffrent surtout encore plus du manque de considération. L’été risque d’être très chaud, mais en
attendant l’eau des premières pluies salvatrices, le dialogue et l’écoute peuvent éteindre beaucoup
d’incendies.

Ain El Hammam
L’ADE entame une chasse aux branchements illicites

Le pillage de l’eau par certains citoyens est si courant qu’il devient difficile de voir ce précieux
liquide couler régulièrement des robinets L’ADE d’ATn El Hammam vient subitement de se rendre
compte, en effet, de ce que tout le monde sait déjà depuis longtemps : le piratage des réseaux de
distribution. Elle avertit, donc, <les citoyens détenteurs de branchements illicites (pirates : vol
d’eau) qu’un délai de trente jours leur est accordé pour la régularisation de leur situation à l’amiable
(paiement de compteur) auprès de l’Algérienne des eaux. Passé le délai fixé au 30 juillet, les
propriétaires de robinets pirates détectés s’exposeront à des amendes allant jusqu’à 50 millions de
centimes, en sus de pgursuites judiciaires. <Ce n’est pas trop tôt>, disent certains abonnés alors
qu’un auÏre, en lisant l’affiche placardée en ville, se veut rassurant <C’est pour nous faire peur !>.
Cette mise en garde s’adresse également aux plombiers <<véreux>, coupables de ces branchements,
dont les conséquences sont préjudiciables à la distribution de l’eau et aux finances de l’entreprise.
Conscients que cette escroquerie est la première cause du manque d’eau, l’ADE invite ses abonnés à
dénoncer ces fraudeurs auprès de leurs services, même par courrier anonyme. Par ailleurs, il y a lieu
de noter que la formule de paiement au <forfait>, à laquelle les services des eaux ont recouru lors
de la pénurie de compteurs, a montré ses limites.
Loin d’être dissuasive, elle incite plutôt à la dilapidation, estiment des abonnés de l’ADE. <Payer sa
consommation de cette manière n,a jamais poussé les consommateurs à faire l’économie de ce
produit vital. Au contraire, les robinets débitent de l’eau sans interruption à longueur de journée
dans les jardins, pour l’arrosage des arbres et même le lavage des alentours des magasins et des
maisons>>, souligne un résident de l’ex-Michelet. Et d’enchaîner : <Ceux qui consomment I’eau
sans parcimonie ne sont pas difficiles à détecter. ll suffit aux sêrvices cohoêrhés de ne pas être
complaisants, pour repérer, par exemple, les individus qui inondent, chaque matin, les trottoirs à
grande eau)).

Prépaiement des factures de l’eau:
Le service ECOSOLDE élargi à l’ensemble des abonnés de la SEOR

Le service de prépaiement baptisé ECOSOLDE sera élargi à l’ensemble des abonnés de la Société
de l’Eau d’Oran (SEOR), a-t-on appris, hier, auprès du directeur commercial de la société, M.
Medjahed Abdellah. Le service en question, destiné à l’origine aux abonnés propriétaires de
résidences secondaires, va désormais profiter à l’ensemble des abonnés de la SEOR qui le désirent,
a affirmé M. Medjahed. Pour le responsable commercial de la SEOR, pour bénéficier du service, il
suffit à l’abonné de se présenter à une de nos agences commerciales et formuler sa demande. Le
prépaiement pourra dès lors s’effectuer sur la base du calcul de la consommation moyenne de
l’abonné en se référant à son historique de consommation. L’abonné a la possibilité de payer six
mois, une année, voire même plus s’il le désire, a expliqué la même source. L’abonné recevra dès
lors un reçu de paiement, en attendant qu’on lui envoie un code personnel par SMS qui lui permettra
d’accéder en ligne à son compte et suivre son solde.