07 JUIN 2017

معرض الصحافة ليـوم : 07-06-2017

BOUIRA
L’eau potable demeure une priorité

Parce que Bouira suffoque en été et le manque d’eau se fait plus persistant, le wali de
Bouira a inscrit à son agenda plusieurs sorties vers les régions les plus vulnérables,
celles de la wilaya plus précisément. Ainsi, lundi dernier, c’est la région de Sour El
Ghozlane qui a été ciblée.
Cette daïra a bénéficié d’un raccordement depuis le barrage de Koudiet Asserdoun
dans le cadre des grands transferts.
Le projet, qui enregistre un taux d’avancement avoisinant les 90% concerne les
communes de Dechmia, Ridane, Guelta-Zerga, Dirah, El Hakimia et Maâmoura. Pour
sa réalisation les pouvoirs publics ont consenti une enveloppe de 80 milliards de
centimes nécessaires à la réalisation de six stations de reprise, 70 kilomètres linéaires
de canalisation. Une fois totalement réceptionné le 20 juillet prochain, le projet
alimentera 25 000 personnes en eau potable.
La commune de Dirah connaîtra peut-être un léger retard comparativement à ses
semblables. La raison, selon les responsables, est à mettre à l’actif des multiples
oppositions qu’aura connues le projet. Le deuxième volet de la visite de lundi dernier,
a porté sur le logement qui reste aussi une des préoccupations majeures pour le wali
de Bouira Mouloud Chérifi. Le premier projet inspecté a été celui des 400 unités
Aadl. Selon le directeur de l’Aadl de Bouira, les travaux de terrassement ont été
achevés et l’étude de génie civil est en voie d’approbation. Le délai de réalisation est
de 26 mois et le projet comporte la réalisation d’une aire de jeux, d’une école primaire
et de plusieurs locaux commerciaux. Le wali, dans son intervention, a rappelé les
directives du gouvernement: «Le Premier ministre s’est engagé à ce qu’il n’y ait plus
de problèmes de paiement. Idem pour les matériaux de construction, surtout le
ciment, si vous avez des problèmes d’approvisionnement, contactez-nous et s’il le
faut, nous irons vers les réquisitions Au niveau de la cimenterie de Sour El Ghozlane,
les entreprises de la wilaya sont prioritaires», dira Mouloud Chérifi.

Deux blessés et des dégâts matériels
intempéries à Sétif et À Guelma

La station locale de la météo a fait état, vers 13h, d’environ 13,2 mm de précipitations en 2 heures
de temps.
La Protection civile de la wilaya de Guelma était sur le pied de guerre, avant-hier, suite au BMS
lancé en prévision d’orages annoncés dans une douzaine de wilayas, avec un cumul de 40 mm en
l’espace de 24 heures. En effet, la région de Guelma n’a pas échappé à ces fortes précipitations qui
ont créé la panique au sein de la population puisque des torrents d’eau boueuse ont déferlé dans les
principales artères de la ville. Aucun quartier n’a été épargné par ce déluge qui a mis à nu les
carences du système d’évacuation des eaux pluviales.
Les services de l’Office national d’assainissement ont promptement réagi en mobilisant tous leurs
moyens humains et matériels, et ont procédé au curage des avaloirs et des bouches d’égout. Selon le
bulletin de la Protection civile qui nous a été transmis en fin d’après-midi, la station locale de la
météo basée à Belkheir a enregistré vers 13h environ 13,2 mm de précipitations en l’espace de deux
heures. Les sapeurs-pompiers ont secouru deux personnes au niveau du boulevard du Volontariat.
Cernés par les eaux, un homme âgé de 48 ans, blessé à la tête, et son fils de 8 ans, en état de choc,
ont été pris en charge et évacués au service des urgences de l’EPH Docteur Okbi, à Guelma. Scindés
en plusieurs brigades, les sapeurs-pompiers ont opéré des interventions dans les cités Agabi,
Seddiki, 19-Juin, Khalla, Benchéghib, Bab Skikda, Aïn-Defla, Hadj-Embarek, du boulevard du
Volontariat, de la gare routière et de la rue Jugurtha et ont pu secourir des personnes en danger. Une
autre équipe s’est attelée à intervenir dans l’enceinte de l’EPH Docteur Okbi et du centre de
transfusion sanguine qui ont été littéralement inondés par des eaux en furie. Le bilan provisoire fait
état de l’inondation de plusieurs habitations et locaux commerciaux et aucune perte humaine n’a été
déplorée. À Sétif, les pluies torrentielles, qui se son abattues durant les dernières 48 heures, ont fait
plus de peur que de mal.
En effet, les services des différentes unités de la Protection civile, qui sont intervenus dans plusieurs
localités de la wilaya et cités de la ville, ont enregistré pas moins de 36 interventions dont 13 durant
la journée d’hier. Les localités qui ont été les plus touchées sont celles du sud de la wilaya,
notamment Rmada et Bir Haddada, Aïn Oulmène, Aïn Arnat, Aïn Azel et Guidjel où la hauteur des
eaux a atteint plus de 30 centimètres par endroits. À Mahdia dans la commune d’Aïn Arnat, les
éléments de la Protection civile sont intervenus pour pomper les eaux qui ont infiltré les sous-sols
de la structure en chantier. Par ailleurs, au centre-ville de Sétif, les pompiers sont intervenus au
niveau des cités Yahiaoui et Bouaraoua, Sfiha, la cité du 20-Août, El-Gasria et Bordj Tsawer où des
familles sont menacées depuis plusieurs années. Selon les services de la météo, pas moins de 40
mm d’eau de pluie ont été cumulées depuis le début des intempéries. Il est à noter que le taux de
remplissage du barrage d’Aïn Zada, qui alimente Sétif, El-Eulma et Bordj Bou-Arréridj, n’a pas
dépassé les 45% de sa capacité, à savoir 110 millions de mètres cubes. Selon des sources bien
informées, l’apport des dernières pluies n’est pas encore comptabilisé, cependant, la situation est très
critique, au point où l’approvisionnement en eau potable est devenu un véritable casse-tête pour les
habitants des quatre coins de la wilaya.